Dernières nouvelles du cosmos

Mon coup de coeur cinématographique de cette fin d’année va vers ce film documentaire envoûtant, bouleversant qui nous parle à la fois de la différence et de l’unité…

http://www.dernieresnouvellesducosmos.com/ (extrait du site)

Hélène Nicolas, qui a choisi comme nom d’artiste « Babouillec Sp » (Sp pour sans parole), est née en 1985. Diagnostiquée autiste « très déficitaire », elle intègre vers l’âge de 8 ans l’institution médico-sociale, qu’elle quitte à 14 ans. A partir de cette date, elle suit au domicile familial un programme de stimulations sensorielles accompagné d’activités artistiques et corporelles, un travail quotidien partagé avec sa mère Véronique Truffert. Hélène n’a pas accès à la parole et son habilité motrice est insuffisante pour écrire. En 2006, après six années de recherches sur la place de la pensée dans l’existence de l’être, Babouillec Sp nous ouvre son univers. A l’aide d’un alphabet en lettres cartonnées et plastifiées, elle écrit des mots, des phrases, elle communique enfin. En 2009, elle écrit Raison et acte dans la douleur du silence. Ce texte reçoit les encouragements du Centre National du Théâtre. Il est créé au festival « Mettre en scène » par Arnaud Stéphan. Depuis, Hélène poursuit son chemin dans l’écriture en composant des pièces atypiques pour le théâtre et des œuvres plus inclassables; dont le texte poétique Algorithme Éponyme, dont se sont inspirés Pierre Meunier et Margueritte Bordat pour créer en 2015, au festival d’Avignon, le spectacle “Forbidden Di Sporgersi”.

Un extrait de l’un de ses livres « Algorithme éponyme » : … Faut-il être, appartenir, devenir ? Thématique questionnement qui bouscule l’ordre des formes. Plusieurs vecteurs sillonnent ce cafouillage de mots. Ils sont remontés à la surface comme des fous, déchaînés, ardents, flamboyants, éteints, neutralisant mon objectivité, utilisant l’ouverture usinée occasionnellement par mon esprit jubilatoire. J’adore ce passage à l’acte de la délivrance du noir. Là où je vous ai rencontrés. Derrière cette barrière du rien ou tout respire sans limites. Là où j’habite comme un nyctalope où la géométrie prend figure dans l’immensité, modelant les segments alvéolaires de la création en multiples refuges de la pensée…

Dernières nouvelles du cosmos – Le Film | Citations

J’ai plongé avec la réalisatrice Julie Bertuccelli dans ce voyage à la rencontre de Hélène qui parvient à nous exprimer avec son infini talent ce qu’elle ressent et traverse, enfermée derrière son apparent « handicap » qui lui permet en fait d’accéder à la réalité derrière la réalité, l’unité de nos êtres avec la création. Je ressens beaucoup de gratitude envers « Babouillec » et tous ceux qui ont permis ce pont avec le tout « Autre ». Puisse ce merveilleux film aider l’Humanité à embrasser la différence avec amour et humilité !

Décembre 2016

 

Laisser un commentaire